Nouveaux stagiaires !

Deux nouveaux stagiaires ont rejoint notre équipe, découvrez-les à travers deux interviews croisées.

Interview de Camille réalisée par Béni

Béni : Pouvez-vous vous présenter ?

Camille : Je suis Camille BOSCHER, Etudiant en M1 ESS à la Fonderie. J’ai fait une licence en Administration Economique et Sociale à Rennes. J’ai découvert l’ESS dans une matière. Je suis actuellement en stage à La Cigogne, monnaie locale.

Béni : Pourquoi La Cigogne pour votre stage ?

Camille : Le terme de la monnaie m’est un peu familier car j’ai fais un peu de cours d’économie. Lors du forum des stages de la Fonderie, la présentation de mes collègues Johana et Marine m’a parmi de trouver très intéressant le concept de monnaie locale, d’où mon envie de venir à La Cigogne.

Béni : Pouvez-vous me parler de votre intégration à la Cigogne ?

Camille : La première semaine était plus théorique ; on nous a montré plutôt les outils à utiliser à l’avenir. L’intégration s’est bien passée, l’équipe est très sympathique. On nous confie au même titre que les ainés des missions à réaliser. Je me sens très bien avec l’équipe.

Béni : Quelle est votre mission principale de stage à la Cigogne ?

Camille : Faire connaitre la Cigogne au plus grand nombre.

Béni : Quels liens pouvez-vous faire entre la monnaie locale et l’ESS ?

Camille : L’ESS c’est une autre manière de consommer et la monnaie locale entant une initiative du débat citoyen, elles doivent forcément avoir un lien. L’utilisation de la monnaie locale appelle à une consommation plus locale et responsable.

Béni : Quelles sont vos attentes en fin de stage ?

Camille : Meilleure connaissance de l’outils qu’est la monnaie locale, pour pouvoir expliquer aisément à un public, sans que j’aie besoin de me répéter bref, être à l’aise à l’oral.

Béni : Que pensez-vous apporter à La Cigogne lors de votre stage ?

Camille : Je pense pouvoir apporter encore plus de dynamisme à l’équipe pour réaliser au mieux mon stage ! 

Béni : Quelle relation faites-vous entre l’écologie et la monnaie locale ?

Camille : Je suis passionné par l’écologie. L’utilisation de monnaie locale implique une nouvelle manière de consommer, une consommation responsable ; ce qui aura un effet positif sur l’environnement.

Béni : Aimeriez- vous continuer avec La Cigogne après votre stage et faire carrière ?

Camille: Faire carrière, je ne sais pas encore, je ne pourrais pas vous dire. Mais participer au développement de celle-ci, oui ; je pense continuer à venir travailler avec eux sur ce projet. Je pourrais devenir un salarié de La Cigogne, mais pour le moment ce n’est pas ma première préoccupation.

 

Interview de Béni réalisée par Camille:

Camille : Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Béni : Je m’appelle Beni Assogba. Je suis actuellement en première année de Master en Économie Sociale et Solidaire (ESS). Avant d’entrer dans ce Master j’ai effectué une licence Comptabilité au Togo et j’ai par la suite travaillé dans une coopérative de microfinance ce qui m’a conforté dans l’idée de me diriger vers le secteur de l’ESS.

Camille : Pourquoi avez-vous choisi de faire votre stage à La Cigogne ? Qu’est-ce qui vous a attiré dans celui-ci ?

Béni : J’ai choisi ce stage à La Cigogne car je veux comprendre la notion monétaire et donc ce qui l’entoure. Également, au forum des stages on m’a parlé de sensibilisation ce qui m’a beaucoup plu car cela m’a rappelé ce que je faisais au Togo. La sensibilisation étant quelque chose que j’affectionne tout particulièrement je me suis naturellement dirigé vers ce stage.

Camille : Aviez-vous entendu parler de La Cigogne ou des Monnaies Locales Complémentaires avant votre stage ?

Béni : Non, je ne connaissais pas les monnaies locales avant d’être accepté à La Cigogne et avant l’intervention de l’association durant le forum des stages.

Camille : Avez-vous des choses qui vous motivent à faire ce stage ?

Béni : Ce qui me motive à faire ce stage c’est d’abord de découvrir le domaine associatif en France car celui-ci est différent de celui du Togo.

J’aimerais également acquérir une bonne compréhension de la dimension monétaire et ainsi de pouvoir faire un lien entre les monnaies locales ainsi que le secteur de l’ESS.

Camille : Au vu de ces quelques premières semaines de stage, votre intégration s’est-elle bien passée ?

Béni : Au vu de mes premières semaines de stage, je me suis bien intégré et je trouve que l’équipe est très sympathique et m’a bien accueilli. J’ai aimé le fait qu’il y ait une formation de mise à niveau concernant la monnaie et la monnaie locale plus particulièrement. J’avais des points sombres avant mon stage concernant celle-ci qui ont pu être éclaircis grâce à la formation. Les tables d’informations m’ont particulièrement plu car cela a pu me permettre d’avoir un esprit plus ouvert sur toute sorte de choses.

Camille : Avez-vous des projets avec la Cigogne ?

Béni : Je pense qu’étant donné que l’association a peu d’adhérents et d’utilisateurs, je pourrais créer une nouvelle forme d’animation qui pourrait inciter encore plus qu’actuellement les personnes à adhérer à La Cigogne.

Camille : Avez-vous déjà pensé à quoi ressemblerait cette nouvelle animation ?

Béni : Ma nouvelle forme d’animation est encore en pleine réflexion car je suis en train d’examiner les choses qui pourraient manquer au pôle animation.

Camille : Qu’espérez-vous de ce stage ? Avez-vous des attentes spécifiques que ce stage pourrait vous apporter ?

Béni : J’espère qu’à la fin de ce stage j’aurai bien intériorisé la notion d’association et je saurais comment organiser un forum (budget, invitation…). J’espère également que ce stage me permettra de trouver un potentiel sujet de mémoire pour ma deuxième année de Master. J’ai déjà une petite idée.

Camille : Pouvez-vous nous en dire plus sur cette idée de mémoire ?

Béni : Celle de parler de la souveraineté monétaire au Togo par le biais du franc FSA et donc que la création d’une monnaie locale pourrait aider les habitants du Togo à reprendre le contrôle sur leur monnaie. C’est la France qui contrôle actuellement la monnaie du Togo car c’est une ancienne colonie française.

Camille : Pensez-vous continuer à participer aux projets de la Cigogne après votre stage ?

Béni : Oui, à la suite de mon stage je continuerais à prendre part aux projets de la Cigogne en tant que bénévole car la monnaie locale est pour moi quelque chose que j’affectionne particulièrement et je pense qu’elle est nécessaire pour un développement durable. J’ai pour volonté de devenir un levier de ce mouvement d’action citoyenne.

Camille : Merci d’avoir pris le temps de répondre à mes questions, je vous souhaite une bonne journée.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.